Giovanni Tria

25/06/2019
Economía La Vanguardia - España Economía Internacional Jaume Masdeu

Bruselas aplaza siete días el expediente a Italia

El 2 de julio tomará la decisión final sobre la deuda. Francia penalizará a las empresas que abusen de la temporalidad.
12/06/2019
Política El País - España Política Internacional Lluís Pellicer

La UE avanza en el proceso para sancionar a Italia por su deuda

La UE dio un paso más para seguir adelante con el procedimiento infractor a Italia después de que el Comité Económico y Financiero —compuesto por representantes especializados de los países— respaldara el informe de la Comisión Europea, que la semana pasada consideró “justificado” dar ese paso, según explicaron fuentes comunitarias.
05/06/2019
Economía Deutsche Welle (DW) - Alemania Economía Internacional

EU hits Italy with start of disciplinary action over budget violations

The EU Commission has begun a legal process that could mean unprecedented sanctions and financial oversight of Europe's fourth-largest economy. Italy aims to change the rules that could lead to its censure.
31/05/2019
Economía La Vanguardia - España

La presión de Bruselas por la deuda, otro problema en el Gobierno italiano

La carta de Bruselas al Ministerio de Economía de Roma pidiendo ex­plicaciones por la elevada deuda italiana, que en el 2018 superó el 132% del PIB, será seguramente otra carpeta que pondrá en dificultad al Ejecutivo.
30/05/2019
Economía Bloomberg - Estados Unidos Economía Internacional John Follain

Italy Set to Warn Against Budget Tightening in Reply to EU

Finance Minister Giovanni Tria’s response will cite factors that led to a rise in Italy’s debt-to-GDP ratio, including the negative impact of near-zero inflation and global trade tensions that harmed the export-reliant economy in 2018, daily Il Messaggero reported Thursday.
14/01/2019
Economía Bloomberg - Estados Unidos Daniele Lepido

Italy Finance Minister Sees Economy in Stagnation, Not Recession

Finance chief promises deficit control, in Corriere interview. EU fiscal rules need changing to aid growth, Tria says
06/11/2018
Economía Le Monde - Francia Economía Internacional Cécile Ducourtieux

Budget italien : les dix-huit autres pays de la zone euro font bloc derrière la Commission

Bruxelles pourrait recommander l’ouverture d’une procédure « pour dette excessive ».

Après le rejet du budget transalpin pour 2019 par la Commission européenne, la première confrontation entre Giovanni Tria, le ministre des finances italien, et ses dix-huit homologues de l’eurozone a eu lieu, lundi 5 novembre. Ni déclarations tonitruantes ni chaussures made in Italy écrasant les piles de dossiers de Pierre Moscovici, comme cela avait été le cas quand le commissaire à l’économie avait rendu publique sa demande d’un budget révisé fin octobre. Ce n’est pas le genre de l’Eurogroupe, un club informel à l’ambiance le plus souvent très feutrée.

Surtout, à plus de six mois du scrutin des élections européennes, aucun des dix-huit ministres présents ne souhaitait rajouter de l’huile sur le feu face à un gouvernement populiste (les antisystèmes du Mouvement 5 étoiles et l’extrême droite de la Ligue) qui cherche ouvertement la confrontation avec Bruxelles. Tous préfèrent, pour l’instant, laisser la Commission en première ligne.

Pour autant, ils ont approuvé sans ambiguïté la ligne ferme de l’institution et ont réclamé que Rome revoie sa copie. « Nous espérons que l’Italie va travailler en étroite collaboration avec la Commission dans la préparation d’un budget révisé en ligne avec le pacte de stabilité et de croissance », précise une déclaration commune publiée lundi soir.

 

Un premier rendez-vous, le 8 novembre

S’il est resté lui aussi très urbain, M. Tria a défendu la ligne gouvernementale. Il a certes assuré, en réunion, qu’il ne contestait pas les règles du pacte de stabilité et de croissance, mais a expliqué que la déviation du budget italien était « nécessaire ». Cet homme est considéré comme un modéré par ses pairs, mais tous ont compris, ces dernières semaines, que sa voix pesait peu au sein du gouvernement de Giuseppe Conte. Ne plaidait-il pas, en septembre, pour un déficit 2019 limité à 1,6 % du produit intérieur brut (PIB) italien, alors qu’il devrait atteindre 2,4 %, trois fois plus que les engagements pris par Rome en juillet ?

Le feuilleton de l’épreuve de force entre Bruxelles et Rome promet en tout cas de durer. Luigi Di Maio, le leader du Mouvement 5 étoiles a prévenu, dès lundi matin, dans un entretien accordé au Financial Times que le budget 2019 (et surtout son déficit) « ne va pas changer ».

Un premier rendez-vous, le 8 novembre, pourrait donner de nouveaux arguments à la Commission. Ce jour-là, elle publiera ses « prévisions économiques d’automne », avec, pour tous les pays de la zone euro, les perspectives de croissance et de déficits pour 2019, 2020 et 2021. Si les chiffres de l’institution confirment un ralentissement économique en Italie, ils invalideront l’hypothèse d’une croissance de 1,5 % du PIB, sur laquelle le gouvernement Conte a fondé son budget prévisionnel.

 

Risque politique

Une fois passée la date butoir du 13 novembre pour envoyer le budget révisé, la Commission n’aura pas d’autre choix que de recommander l’ouverture d’une procédure « pour dette excessive », impliquant une surveillance très rapprochée du pays, avec des objectifs de réduction de la dette contraignants, et des sanctions à la clé en cas de non-respect. Là encore, il s’agirait d’un précédent : aucune procédure de ce genre n’a encore été engagée à l’égard d’un membre de la zone euro.

L’institution recommandera t-elle cette procédure aux Etats membres dès le 21 novembre, date à laquelle elle devrait publier ses « opinions » définitives sur les budgets 2019 de tous les pays de l’Eurozone ? Ou se contentera-t-elle d’alerter, dans un rapport, sur le caractère excessif de la dette italienne, repoussant sa « recommandation » de quelques jours ou semaines ?

La Commission est en tout cas consciente du risque politique qu’elle prend, face à un gouvernement très populaire défendant un « budget du peuple ». Elle espère donc prêter le moins possible le flanc à la critique, en suivant scrupuleusement les procédures. « Nous ne voulons pas brûler les étapes et sauter aux conclusions, a précisé M. Moscovici, lundi soir. Mon état d’esprit n’est ni la punition ni les sanctions.

29/10/2018
Economía Corriere della Sera - Italia Economía Internacional Marco Galluzzo

Banche, il piano anti spread di governo, Tesoro e Banca d’Italia

Il premier Giuseppe Conte ha chiesto un piano con diversi scenari e tipi di intervento. L’ipotesi di utilizzo dei fondi dormienti
08/10/2018
Economía Bloomberg - Estados Unidos Economía Internacional John Ainger

Italian Markets Convulse After Budget Standoff With EU Deepens

Ten-year yield breaks above 3.5% for first time since 2014. Deputy Prime Minister Di Maio shrugs off EU criticism of plans
www.prensa.cancilleria.gob.ar es un sitio web oficial del Gobierno Argentino