Réforme des retraites: face à un débat qui s'éternise, les députés LREM quittent l'hémicycle

Réforme des retraites: face à un débat qui s'éternise, les députés LREM quittent l'hémicycle

Pendant près d'une heure, dans la nuit de mardi à mercredi, le groupe majoritaire a symboliquement déserté les bancs de l'Assemblée, suscitant la colère des oppositions.

Édouard Philippe leur a demandé de «tenir» contre à l'obstruction de l’opposition. Mais face à un débat sur la réforme des retraites qui s'éternise, les députés de la majorité ont voulu marquer le coup. Alors que plus de 70 heures de discussion à l'Assemblée nationale n'ont permis d'adopter jusqu'à présent que le premier des 65 articles de la réforme des retraites, le président du groupe La République en marche (LREM), Gilles Le Gendre, a annoncé ce mardi soir dans l'hémicycle que les députés de sa formation quittaient le Palais Bourbon pour dénoncer le «tunnel» d'amendements de la gauche. Pendant près d'une heure, il est resté ainsi le seul représentant du parti présidentiel en attendant un débat «sain et apaisé».

«Nous venons d'engager une série d'amendements tous identiques, avec encore une fois la volonté manifeste de faire durer inutilement le débat», a pointé Gilles Le Gendre. «C'est notre droit de récuser la nature de ces débats, nous ne souhaitons pas y participer». «Nous attendons que la litanie se termine avant de retourner en séance pour le débat de fond», a expliqué Roland Lescure (LREM), dans les couloirs du Palais Bourbon. Les députés du groupe MoDem ont suivi le mouvement. Seul Patrick Mignola, le président du groupe, est dans l'hémicycle pour représenter sa formation.

Une décision qui a suscité l'ire des députés de l'opposition, qui ont enchaîné les rappels au règlement pour dénoncer une «mise en scène» de la majorité, selon le député LR Stéphane Viry, ou du «cinéma» pour le communiste André Chassaigne. Le président du groupe Les Républicains, Éric Woerth, a indiqué que «l'arrêt brutal de nos séances» n'est «pas la bonne réponse». Le député La France insoumise Michel Larive a pour sa part dénoncé un «mépris de l'institution». Le socialiste Boris Vallaud y a vu un «résumé saisissant de la façon dont la majorité considère le Parlement».

«La République c'est nous et vous, vous n'êtes rien»

Après le retour de la majorité dans l'hémicycle, une déclaration du co-rapporteur Nicolas Turquois (MoDem) a mis le feu aux poudres: «Certains ont dit 'la République, c'est moi' (une allusion à l'Insoumis Jean-Luc Mélenchon), eh bien, la République c'est nous et vous, vous n'êtes rien», a-t-il lancé à l'opposition. Les oppositions ont alors fustigé un «dérapage» d'un rapporteur qui a «perdu ses nerfs». Le président de séance Hugues Renson a reconnu des «propos excessifs» de Nicolas Turquois, qui a d'ailleurs présenté ses excuses.

Dans journée, le premier ministre, Edouard Philippe, avait laissé ouverte la possibilité de recourir à l'article 49.3 de la Constitution pour faire adopter cette réforme controversée. «Mon ambition, c'est évidemment de faire en sorte que le débat ait lieu, qu'il soit le plus sérieux, le plus approfondi, le plus intelligent possible pour qu'il ait justement sa fonction éminente qui revient au Parlement, c'est-à-dire de faire la loi», a fait valoir Edouard Philippe. «Mais si ça n'est pas possible, si au bout de très nombreuses heures de débat, nous constatons que ça n'est pas possible, alors la Constitution autorise, le cas échéant, le Premier ministre à utiliser un article: le 49.3», a encore détaillé le chef du gouvernement, en rappelant que plusieurs de ses prédécesseurs de droite, notamment Édouard Balladur et Jean-Pierre Raffarin, y avaient en leur temps eu recours.

Dans la matinée, le premier ministre avait déjà demandé aux députés LREM de «tenir encore» face à «l'obstruction» de la gauche de la gauche sur la réforme des retraites, tout en assurant que si besoin, il prendrait ses «responsabilités» en recourant au 49.3, selon des propos rapportés.

www.prensa.cancilleria.gob.ar es un sitio web oficial del Gobierno Argentino