L'Argentine repousse le remboursement d'une dette envers le Club de Paris

L'Argentine repousse le remboursement d'une dette envers le Club de Paris

L'Argentine a repoussé le remboursement d'une partie de sa dette envers le Club de Paris dans un contexte de «compréhension» de la part de ses créanciers, a indiqué ce mercredi une source gouvernementale à l'AFP.

«Il y a eu de la compréhension. Dans le cadre de l'accord, il n'y avait pas d'obligation de paiement. Il y a de la réceptivité», a précisé cette source qui a souhaité rester anonyme. «Nous avons du temps avant 2021 pour parvenir à un accord» avec ce club de créanciers publics, a-t-elle ajouté. L'Argentine devait rembourser mardi tout ou partie de 2,1 milliards de dollars selon un contrat de refinancement effectué en 2014 avec le Club de Paris.

Le gouvernement avait déjà annoncé précédemment qu'il ne paierait pas ce montant. Le président argentin Alberto Fernandez a eu lundi une conversation téléphonique avec le Premier ministre italien Giuseppe Conte qui a soutenu les efforts de Buenos Aires pour renégocier le plan de remboursement de cette dette, selon des sources officielles en provenance des deux pays. Dans le cadre du plan de refinancement de la dette négocié en 2014 avec ces créanciers et le gouvernement dirigé alors par Mauricio Macri (2015-2019), des paiements minimum requis ont déjà été effectués.

Peu d'espoir d'un accord avec les créanciers privés

L'Argentine négocie en revanche plus âprement une restructuration de dette importante avec des créanciers privés internationaux. Sur le plan politique ou financier, très peu de personnes croient désormais réellement qu'un accord entre Buenos Aires et ses créanciers sera trouvé avant la date limite, théoriquement vendredi, concernant une remise sur près de 70 milliards de dollars de dette. Trois groupes majeurs de créanciers privés ont refusé l'offre faite par le pays, qui consiste en une remise de 62% sur les intérêts et de 5,4% sur le capital. Buenos Aires a également demandé un moratoire de trois ans sur les paiements de sa dette, ce qui impliquerait aucun paiement jusqu'en 2023. Après le 8 mai, la nouvelle date cruciale pour l'Argentine sera le 22 mai, date à laquelle le pays doit rembourser une échéance de 500 millions de dollars, sous peine de faire à nouveau défaut.