Bolivia  ●  Chile  ●  Evo Morales  ●  Islas Malvinas  ●  Mercosur  ●  Mercosur-UE  ●  Venezuela

Nucléaire : l'AIEA met en garde contre toute «intimidation» visant ses inspecteurs

Nucléaire : l'AIEA met en garde contre toute «intimidation» visant ses inspecteurs

Les pays ne doivent pas interférer dans le travail des inspecteurs» de l'Agence internationale de l'énergie atomique. C'est l'avertissement qu'a lancé Rafael Grossi, le nouveau directeur de l'AIEA, dans un entretien à l'AFP, alors qu'une de ses employées s'est récemment vue privée de son accréditation par les autorités iraniennes.

«Les pays ne doivent pas interférer dans le travail des inspecteurs» de l'Agence internationale de l'énergie atomique. C'est l'avertissement qu'a lancé Rafael Grossi, le nouveau directeur de l'AIEA, dans un entretien à l'AFP, alors qu'une de ses employées s'est récemment vue privée de son accréditation par les autorités iraniennes.

 «Il est essentiel que les immunités de nos inspecteurs soient respectées. Les pays ne doivent pas interférer dans le travail des inspecteurs et c'est le message que nous avons fait passer à nos collègues iraniens», a expliqué le diplomate argentin qui a pris ses fonctions mardi à la tête de l'agence des Nations Unies chargée de promouvoir l'utilisation sûre et pacifique des technologies nucléaires.

L'agence onusienne est chargée de vérifier sur le terrain l'application par Téhéran de l'accord nucléaire de 2015, signé à Vienne avec les grandes puissances pour garantir que l'Iran ne se dotera pas de l'arme atomique. Le régime d'inspection des sites nucléaires iraniens par les inspecteurs de l'AIEA est le plus poussé au monde.

Alors que l'accord est en voie de délitement depuis que les Etats-Unis s'en sont retirés en 2018 et que Téhéran a pris des mesures de rétorsion, un rare incident a jeté un froid entre l'AIEA et Téhéran fin octobre : une inspectrice a déclenché une alarme, à l'entrée du site d'enrichissement de Natanz, dans le centre de l'Iran, suscitant l'inquiétude qu'elle puisse porter sur elle «un produit suspect», a dénoncé Téhéran.

Les autorités iraniennes ont retiré l'accréditation de cette inspectrice. L'AIEA avait jugé «inacceptable» que Téhéran ait «momentanément empêché» son employée de quitter le pays. «C'est un sujet sérieux», a déclaré M. Grossi, en disant espérer que cet «incident regrettable» restera isolé. Selon ses dires, l'agence onusienne, dont le siège se trouve à Vienne, «soutiendra toujours» ses équipes chargées d'aller contrôler les installations nucléaires à travers le monde.

 

www.prensa.cancilleria.gob.ar es un sitio web oficial del Gobierno Argentino