Mers australes -l’impérialisme argentin irrite le Chili

Mers australes -l’impérialisme argentin irrite le Chili

Les ressources des mers australes aiguisent les appétits. L’Argentine a annexé 1,7 million de km2 du domaine maritime.

Le canal de Beagle, dans la ville la plus au sud de l’Argentine, Ushuaïa. La partie orientale du canal de Beagle fait partie de la frontière entre l’Argentine et le Chili.

Nous rejetons cette initiative. C’est sur un ton résolu qu’Andrés Allamand, le ministre des Affaires étrangères du Chili, a répliqué à son homologue argentin. L’objet de son courroux ? Une loi adoptée en août par le Congrès argentin entérinant l’extension de son plateau continental jusqu’à 648 km au large de ses côtes.

En un trait de crayon, l’Argentine venait de gagner 1,7 million de km2, plus de trois fois la superficie de la France métropolitaine. Problème, les tracés de la nouvelle carte débordent au-delà des limites chiliennes, au large du cap Horn. Le Chili n’est pas le seul État lésé. L’extension du plateau continental inclut un morceau de l’Antarctique, mais aussi les îles Malouines, la Géorgie du Sud et les îles Sandwich, des confettis britanniques revendiqués par Buenos Aires.

Droits d’exploitation des fonds marins et du sous-sol Investi en décembre dernier, le président Fernández (centre-gauche) justifie cette décision grâce à l’avis positif rendu par une commission de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer en 2016. À l’époque, son prédécesseur, le libéral Mauricio Macri, s’était contenté de féliciter l’ONU. L’évolution des frontières maritimes de l’Argentine n’est pas anodine. Elles lui confèrent l’exclusivité des droits d’exploitation des fonds marins et du sous-sol.

Le gouvernement péroniste a considéré que les eaux poissonneuses et, surtout, les potentiels gisements de pétrole, gaz et minerais précieux valaient bien une brouille. Felipe Solá, le ministre argentin des Affaires étrangères, en est convaincu : son pays sera juridiquement protégé pour délivrer des concessions d’hydrocarbures, de minerais et de [pêche] .

www.prensa.cancilleria.gob.ar es un sitio web oficial del Gobierno Argentino