Les banquiers centraux se réunissent sur fond de tensions commerciales

Les banquiers centraux se réunissent sur fond de tensions commerciales

Les marchés guetteront les messages de politiques monétaires délivrés à Jackson Hole, aux Etats-Unis, du 23 au 25 août.

Ne pas se fier à la quiétude de ses prairies verdoyantes ni au calme de ses eaux prisées des pêcheurs. Cette année, le cadre idyllique de Jackson Hole, bourgade nichée au cœur des montagnes américaines du Wyoming, sera le théâtre de vives inquiétudes. Dans les couloirs feutrés de l’hôtel où ils se réunissent du 23 au 25 août, les grands banquiers centraux de la planète devraient y débattre des tensions commerciales, de la tempête soufflant sur l’économie turque ou des dernières déclarations choc de Donald Trump.

Celles-ci ont illustré, une fois de plus, l’absence de tabou du président américain. Lundi 20 août, trois jours avant l’ouverture du forum, il s’est de nouveau montré hostile à la hausse des taux entamée par la Réserve fédérale (Fed, banque centrale américaine). « Je ne suis pas emballé », a-t-il déclaré à l’agence Reuters, exaspérant tous ceux attachés à la sacro-sainte indépendance de l’institution. « Nous parlerons beaucoup de cela entre nous, confie un habitué de Jackson Hole. Et, bien sûr, de la crainte de voir l’économie mondiale vaciller sous les coups du protectionnisme. »

Comme tous les ans depuis 1978, investisseurs et économistes guetteront de près ce rendez-vous-clé de la rentrée financière. Outre Jerome Powell (Fed), Mario Draghi (Banque centrale européenne) et Haruhiko Kuroda (Banque du Japon) seront également présents, ainsi qu’une flopée d’universitaires de haut vol. A l’origine consacré à des discussions techniques, ce grand symposium a pris une importance majeure pendant la crise. Notamment en 2010, lorsque Ben Bernanke, président de la Fed à l’époque, y avait dévoilé que son institution s’apprêtait à lancer un second programme de rachat de titres financiers (le quantitative easing en anglais, ou QE) pour relancer l’activité. Mario Draghi lui avait emboîté le pas en 2014.

Mutations de l’emploi, montée en puissance des monopoles.

www.prensa.cancilleria.gob.ar es un sitio web oficial del Gobierno Argentino