L’égalité des chances entre femmes et hommes progresse dans le monde, mais pas partout

L’égalité des chances entre femmes et hommes progresse dans le monde, mais pas partout

Un nouvel indice de la Banque mondiale mesure l’évolution du cadre juridique favorisant l’inclusion économique des femmes depuis une décennie dans 187 pays.

Un score de 100 sur 100. La France peut s’enorgueillir d’avoir obtenu la note maximale dans un nouvel indice de la Banque mondiale, publié mercredi 27 février et intitulé « Les femmes, l’entreprise et le droit : une décennie de réformes ». Celui-ci mesure, dans 187 pays, l’évolution du cadre juridique encourageant leur émancipation économique.

Cinq autres Etats dans le monde obtiennent ce résultat : la Belgique, le Danemark, la Lituanie, le Luxembourg et la Suède. Selon la Banque mondiale, tous accordent aux femmes les mêmes droits qu’aux hommes dans un certain nombre de domaines, renforçant leur capacité à trouver un emploi, créer une entreprise ou prendre les meilleures décisions économiques pour elles et leurs proches. Il y a dix ans, aucune nation ne pouvait se prévaloir d’un tel bilan.

Du chemin a donc été parcouru en une décennie : les discours en faveur de la parité dans le monde du travail sont devenus plus audibles tout autour du globe, et des progrès tangibles ont été enregistrés.

Ainsi, note la Banque mondiale, 131 pays ont adopté 274 réformes améliorant l’inclusion économique des femmes. Parmi eux, trente-cinq – dont l’Argentine, la Chine, le Vietnam, la Norvège – ont introduit des règlements juridiques pour lutter contre le harcèlement sexuel au travail. Et treize ont promulgué des lois exigeant l’égalité salariale pour des emplois de même valeur.

 

www.prensa.cancilleria.gob.ar es un sitio web oficial del Gobierno Argentino