Le Maroc est le premier pays africain à accueillir un émissaire du président par intérim du Venezuela

Le Maroc est le premier pays africain à accueillir un émissaire du président par intérim du Venezuela

José Ignacio Guédez avait été nommé "nouvel ambassadeur” du Venezuela au Maroc, en mars dernier.

DIPLOMATIE  - Le Maroc est, officiellement, le premier pays africain à recevoir un représentant du président par intérim vénézuélien, Juan Guaido, annonce la presse ibérique.

Il s’agit de José Ignacio Guédez, le nouvel “ambassadeur” du Venezuela au Maroc, nommé en mars dernier par le chef de l’opposition, qui s’est autoproclamé président en janvier dernier.

José Ignacio Guédez a indiqué sur son compte Instagram avoir tenu, hier jeudi 25 juillet, une réunion du Groupe de Lima à Rabat avec des ambassadeurs et des représentants diplomatiques du Canada, des États-Unis, de France, d’Espagne, de Colombie, du Brésil, du Pérou, du Paraguay, du Guatemala, du Panama, du Chili et de l’Argentine. Le Maroc y a été représenté par le directeur général des affaires bilatérales du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.

José Ignacio Guédez, pour l’instant, ne détient pas encore le titre d’“ambassadeur”, mais celui “d’envoyé spécial”. Selon EFE, citant des sources diplomatiques marocaines, ce dernier sera officiellement reconnu au poste d’ambassadeur “le jour où Guaido prendra le pouvoir à Caracas” officiellement, s’entend.

En effet, comme le rappelle cette agence de presse, il y a déjà un ambassadeur du Venezuela au Maroc, Omar Nasser Solórzano. Ce dernier devrait conserver ce poste jusqu’à une prise de pouvoir officielle par le président par intérim.

“Pour nous, cet homme n’est pas un représentant du Venezuela, mais un représentant du régime de Nicolás Maduro”, a déclaré à EFE Nasser Bourita au sujet de Solórzano.

Juan Guaido et ses alliés n’ayant toujours pas accès à un budget, concernant les frais de “fournitures et installations”, Guédez a affirmé qu’il bénéficiera “du soutien du pays hôte (le Maroc) et des pays alliés”, rapporte la même source.

Le Sahara, une question centrale

Ces derniers mois, une cinquantaine de pays, dont les Etats-Unis, ont officiellement reconnu Juan Guaido comme président de la république bolivarienne du Venezuela.

Le Maroc a, de son côté, exprimé son “soutien” au président autoproclamé. Dans un entretien en janvier dernier, le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita, a fait part à Juan Guaido du “soutien du Royaume du Maroc à toutes les actions menées afin de répondre aux aspirations légitimes du peuple du Venezuela à la démocratie et au changement”.

Le président autoproclamé du Venezuela, par le biais d’un de ses conseillers, Manuel Avendano, a affirmé vouloir “rétablir nos relations avec le Royaume du Maroc”.

S’agissant de la question du Sahara, Manuel Avendano, membre du parti Voluntad Popular (volonté populaire), dont est issu le président par intérim, a indiqué que le gouvernement Guaido soutiendra le processus politique mené sous l’égide des Nations-Unies en vue de parvenir à une solution pacifique et mutuellement acceptable à ce différend régional.

www.prensa.cancilleria.gob.ar es un sitio web oficial del Gobierno Argentino