En novembre, l’Argentine aux deux sommets

En novembre, l’Argentine aux deux sommets

Le premier "Forum de la pensée critique" réunira à Buenos Aires des dirigeants et personnalités populaires du monde entier. La réunion internationale est organisée par le Conseil latino-américain des sciences sociales (CLACSO) et vise à se différencier du G-20 par le débat et en montrant la réalité diversifiée du monde. Participent, entre autres, Dilma Rousseff, José Mujica et Cristina Kirchner.

Le 30 novembre et le premier décembre 2018 aura lieu à Buenos Aires le 20ème sommet du G-20, forum créé en 1999. En tant que pays organisateur, l’Argentine a eu le droit de choisir les thèmes à traiter : les questions liées à l’emploi, au numérique et à l’éducation, le financement de projets d’infrastructure et l’agriculture durable. En pleine crise, le gouvernement de Mauricio Macri aura du mal à cacher aux principaux dirigeants de la planète la fronde sociale croissante provoquée par la chute du pouvoir d’achat, par la répression et par des lois régressives.

Le sommet que le G-20 ne veut pas entendre

L'ancienne présidente Argentine et actuelle sénatrice, Cristina Fernández de Kirchner a confirmé qu'elle serait l'un des principaux orateurs du premier Forum mondial de la pensée critique, qui se tiendra du 19 au 23 novembre au stade de Ferrocarril Oeste à Buenos Aires. L'événement commencera quelques jours avant le sommet du G20 et comptera avec la présence des ex-présidents Dilma Rousseff (Brésil), José Mujica (Uruguay) et Ernesto Samper (Colombie), parmi d'autres personnalités internationales.

Pablo Gentili du Conseil latino-américain des sciences sociales (Clacso)*, qui dirigera l'organisation a déclaré au journal Pagina 12 : "Nous ne nous réunissons pas pour nous interroger sur ce qui sera discuté au G-20, mais pour essayer de rappeler humblement à ceux qui nous gouvernent qu’existent des solutions à de nombreux problèmes dont nos dirigeants mondiaux ne veulent pas discuter". "Nous voulons donner une vision latino-américaine des problèmes mondiaux et contemporains", a déclaré Gentili , en présentant la réunion et en fournissant des détails sur l'organisation. L’universitaire a expliqué qu’il s’agissait de mettre en place un forum universitaire qui cherche et propose des "solutions à la pauvreté, aux inégalités et à la violence" et "s'attaque aux défis du monde du travail, aux conséquences sociales du changement climatique, à la discrimination entre les sexes, le racisme, la jeunesse et les flux migratoires ".

Dans son dialogue avec PáginaI12, Gentili a ajouté que "lors du G20, les dirigeants mondiaux délibéreront sur des questions fondamentales derrière des portes closes ». Il a également souligné que ce premier Forum mondial de Clacso « montrera au contraire une réalité diverse, large et alternative et surtout un dialogue, qui n'existe pas lorsque les vingt dirigeants du monde se réunissent pour discuter des grands problèmes de l'humanité". Outre des dirigeants politiques et des intellectuels, participeront également des activistes et des dirigeants de mouvements sociaux et populaires, des organisations enseignantes, étudiantes et de la jeunesse, des organismes de défense des droits humains, des organisations féministes, antiracistes, anti-impérialistes et écologistes.

Les journalistes Angela Lerena, María Seoane, Martín Granovsky, Pedro Brieger et Telma Luzzani présenteront le programme d'ouverture prévu pour les deux premiers jours. Le lundi 19 novembre à 9 heures, un hommage au Conseil arabe des sciences sociales sera rendu par son directeur général, Seteney Shami et Pablo Gentili de Clacso. Plus tard, à 9h45, Dilma Rousseff interviendra sur le thème "Démocratie, citoyenneté et état d'exception" et à la mi journée, Cristina Fernandez de Kirchner fera son exposé sur "Capitalisme, néolibéralisme et crise de la démocratie".

Ce premier jour interviendront également le journaliste Ignacio Ramonet, les cubains Gerardo Hernández et Ramón Labañino, le lauréat du prix Nobel de la paix, Adolfo Pérez Esquivel et des personnalités de la politique et du syndicalisme argentins telles que Felipe Solá, Juan Grabois, Hugo Yasky, Roberto Baradel et Sonia Alesso, entre autres. Au cours des journées suivantes, plusieurs séances seront dirigées par le vice-président de la Bolivie, Álvaro García Linera, par les Mères et Grands-mères de la Place de Mai : Taty Almeida et Estela de Carlotto , par les anciens présidents Samper et Mujica, ainsi que les anciens candidats aux présidentielles, les brésiliens Fernando Haddad et Manuela D’Avila. D’autres séances seront organisées par des personnalités du monde académique international comme l’économiste français Pierre Salama, Bernard McGuirk (Angleterre), Juan Carlos Monedero (Espagne), Susan George (USA), Divine Fuh (Sénégal), Saskia Sassen (USA, Pays Bas), etc. (voir la liste complète des participants:https://www.clacso.org.ar/conferencia2018/invitados_internacionales.php?...)

Du 21 au 23, des forums spéciaux seront organisés, dont un cycle de cinéma politique, une foire du livre où seront présentées des publications, des conférences et des dialogues magistraux. Les organisateurs ont confirmé que plus de 20 000 personnes avaient été enregistrées jusqu'à présent, ils s'attendent donc à une présence massive à cet événement.

Dans une période où l’on constate une montée dangereuse des gouvernements d’extrême droite comme la récente élection de Bolsonaro au Brésil, cette initiative confirme qu’il est possible de s’organiser pour réfléchir et agir contre les réactionnaires de tout poil et pour la construction d’un monde meilleur.

Forum Citoyen à Paris le 16 novembre

A l’initiative de l’ACAF (Assemblée de Citoyens Argentins en France), plusieurs associations convoquent à la tenu du « Forum Citoyen face au G20 » le vendredi 16 novembre prochain de 17h à 21h.

www.prensa.cancilleria.gob.ar es un sitio web oficial del Gobierno Argentino