Commerce : Trump frappe, menace... puis négocie

Commerce : Trump frappe, menace... puis négocie

Les Etats-Unis ont décidé d’imposer une taxe de 10 % sur 200 milliards de dollars de produits chinois à partir du 24 septembre.

Frapper pour mieux négocier : c’est la recette que prétend utiliser Donald Trump dans le cadre de sa négociation commerciale avec la Chine. A l’occasion d’un communiqué publié lundi 17 septembre en début de soirée, presque discrètement alors que tous les médias américains se passionnaient pour la nomination du candidat à la cour suprême Brett Kavanaugh, accusé d’agression sexuelle, Donald Trump a annoncé l’imposition de droits de douane sur 200 milliards de dollars (171 milliards d’euros) d’importations en provenance de Chine.

Le ton est menaçant. Le président accuse Pékin de « nombreuses pratiques et politiques inéquitables pour la technologie et la propriété intellectuelle – comme le transfert forcé de technologie imposé aux compagnies américaines au profit de leurs homologues chinoises ». Mais le locataire de la Maison Blanche conclut par une note d’espoir, estimant que « la Chine a eu de nombreuses occasions de répondre à nos inquiétudes… Heureusement, cette situation commerciale sera résolue à la fin, par moi-même et le président Xi, pour lequel j’ai un profond respect et une grande affection ».

Contexte d’apaisement

Comment analyser l’attitude américaine ? D’abord, elle a lieu dans un contexte global d’apaisement après la crise du premier semestre, en tout cas avec les alliés traditionnels des Américains. L’armistice avec les Européens, décidé fin juillet, tient pour l’instant, même si les Américains, dans leurs négociations avec Bruxelles, insistent pour rouvrir les négociations agricoles. Ensuite, l’accord avec le Mexique est vu positivement s’il est appliqué tel que négocié : une taxe de 2,5 % sur les véhicules automobiles, ainsi qu’un salaire minimal dans l’industrie automobile, bien difficile à vérifier, ne chagrinent pas les producteurs. Enfin, le silence sur les tractations avec le Canada laisse entendre que les fils ne sont pas rompus.

Le dossier commercial se concentre de fait sur la Chine. Donald Trump va donc.

www.prensa.cancilleria.gob.ar es un sitio web oficial del Gobierno Argentino