ARGENTINE : LES PRODUCTEURS DE BLÉ INQUIETS APRÈS L´ACCORD BRÉSIL-ETATS-UNIS

ARGENTINE : LES PRODUCTEURS DE BLÉ INQUIETS APRÈS L´ACCORD BRÉSIL-ETATS-UNIS

L´Argentine fournit actuellement près de 87 % des importations de blé du Brésil. Cette part pourrait passer à 75 % après l´acord conclu entre les Etats-Unis et le Brésil.

Les Etats-Unis pourront exporter jusq´à 750.000 tonnes de blé par an au Brésil sans payer de droits de douane. Cet accord remet en cause les règles du Mercosur et préoccupe l´Argentine, premier exportateur de blé vers le Brésil.

C´est une mauvaise nouvelle dont l´Argentine se serait bien passée. Le pays, qui traverse actuellement une grave crise économique , a découvert avec stupeur la semaine dernière l´accord passé entre les Etats-Unis et le Brésil à la suite d´une rencontre à la Maison-Blanche entre Donald Trump et Jair Bolsonaro, le nouveau président brésilien d´extrême-droite.

Alors qu´ils devaient auparavant s´acquitter de 10 % de droits de douane, les producteurs américains de blé pourront désormais exporter sans taxes jusqu´à 750.000 tonnes de céréales par an vers le Brésil. En échange, les négociations sur les exportations vers les Etats-Unis de viande bovine brésilienne - suspendues en 2017 suite auxscandales sanitaires ayant touché le secteur - devraient reprendre.

En brisant unilatéralement la règle de la taxation des pays extérieurs au Mercosur, le Marché commun des pays d´Amérique du Sud, le gouvernement brésilien - qui a précisé que ce quota de 750.000 tonnes était également ouvert à d´autres pays que les Etats-Unis – sème l´inquiétude chez les producteurs de blé argentins, premiers fournisseurs du Brésil. L´an dernier, l´Argentine a vendu plus de 6 millions de tonnes au pays voisin, soit 87 % des importations brésiliennes de blé. Cette part pourrait chuter à 75 % après l´accord passé avec les Etats-Unis - représentant des pertes d´environ 300 millions de dollars pour le secteur argentin.

« Dangereux précédent »

De quoi jeter un froid sur le marché argentin des céréales. La semaine dernière, le prix du blé local a perdu plus de 5 dollars (passant d´environ 175 à 170 dollars la tonne) alors qu´à Chicago, la céréale américaine en gagnait 6. Pour Blas Rozadilla, de la Bourse du Commerce de Rosario (BCR) en Argentine, « c´est une chute importante. Nous allons voir comment évolue la situation mais le marché a clairement été secoué par cette décision ».

L´analyste relativise toutefois : « 750.000 tonnes [le quota de blé américain que le Brésil pourrait importer au détriment de l´Argentine, NDLR] sur 19 millions de tonnes de production, ce n´est pas une quantité qui peut déstabiliser toute l´industrie argentine. D´autant que nous avions déjà commencé à diversifier les destinations de nos exportations de blé. Actuellement, près de la moitié des exportations partent vers le Brésil, contre 80 % il y a quelques années encore. Nous avons commencé à exporter davantage vers l´Afrique du Nord et l´Asie. »

Au-delà du secteur du blé, Andrés Alcaraz, porte-parole du Centre argentin des exportateurs de céréales (CEC), estime que la décision dugouvernement brésilien « instaure un dangereux précédent pour le fonctionnement du Mercosur et les relations entre le Brésil et l´Argentine ».

Amer, le ministre argentin de la Production, Dante Sica, déclarait la semaine dernière : « Le Mercosur a été un échec en matière de négociations internationales et de développement de la compétitivité et du commerce. Il n´y a eu qu´un seul gagnant au niveau commercial [le Brésil, NDLR]. Cette stratégie d´enfermement sur le marché brésilien nous a rendus trop dépendantsde son cycle de production. »

www.prensa.cancilleria.gob.ar es un sitio web oficial del Gobierno Argentino