Argentine et Roumanie aux portes de l´OCDE

Argentine et Roumanie aux portes de l´OCDE

La présidence du G20 était une excellente vitrine pour le président argentin qui brigue l'entrée de son pays dans l'OCDE.

Dix jours avant le sommet des chefs d'État à Buenos Aires, Mauricio Macri avait envoyé son ministre des Finances défendre sa candidature à Paris au siège de l'Organisation de coopération et de développement économiques. «Après le choc monétaire et économique qu'a subi l'Argentine cette année, il était important que je vienne expliquer à l'OCDE que nous maintenons notre agenda de réformes, que nous préservons la liberté de mouvement des capitaux et l'état de droit», expliquait Nicolas Dujovne au Figaro.

La procédure d'élargissement est bien inscrite au menu de la dernière réunion de l'année du conseil, ce mardi, qui réunit le secrétaire général, Angel Gurria, et les représentants des 36 États membres et de l'Union européenne. Mais il n'est pas certain qu'un consensus se dégage pour lancer officiellement la feuille de route avec l'Argentine ainsi qu'avec la Roumanie, autre pays en tête de liste pour l'accession. Quatre autres pays sont pressentis dans un deuxième temps: Pérou et Bulgarie, Brésil et Croatie. Sachant que la procédure prend entre trois et cinq ans, le temps pour 25 comités de l'OCDE de passer en revue plus de 200 critères. Il faut à la fois être une économie de marché et avoir un régime démocratique. Le poids économique et le bénéfice réciproque pour l'OCDE et le pays sont également pris en compte.

La vocation de ce forum international créé en 1961 - inspiré de l'Organisation européenne de coopération économique d'après-guerre visant à administrer le plan Marshall - est de «promouvoir les politiques qui amélioreront le bien-être économique et social partout dans le monde». L'examen par les pairs vise à identifier les bonnes pratiques. «L'OCDE n'octroie pas de financement, ce qui lui donne plus de force et de liberté, note Pierre Jaillet, chercheur associé à l'Iris, l'Institut des relations internationales et stratégiques. L'organisation a un très bon vivier d'économistes et experts.»

Au-delà des notes de conjoncture, études comparatives sur différentes thématiques (fiscalité, émigration, éducation avec le classement Pisa qui fait référence…), l'OCDE joue un rôle pivot aux côtés du G20 et du G7 sur l'examen des politiques structurelles. Le Château de la Muette s'est imposé dans la lutte contre l'évasion fiscale, faisant de l'échange automatique d'informations un standard international. Ses conclusions sur la taxation des géants numériques, courant 2019, sont très attendues.

Soutien de Donald Trump

Avec ce bémol que cela passe par une concertation, dépendante par nature du rapport de force entre les États membres. Premier contributeur au budget, les États-Unis pourraient user de leur influence pour minimiser la taxation des Gafa. En 2014, un coup de fil de John Kerry, alors secrétaire d'État à Washington, à Angel Gurria, avait enterré le processus d'adhésion de la Russie. Depuis, les relations entre l'OCDE et Moscou au niveau ministériel sont stoppées.

Mauricio Macri peut se targuer du soutien de Donald Trump, qui a rappelé à Buenos Aires son bon souvenir de Macri père avec qui il a fait des affaires par le passé. Washington voit aussi d'un bon œil ses réformes libérales. Le feu vert de l'OCDE donnerait plus de crédibilité à l'Argentine, très dépendante des financements extérieurs. Le président argentin a aussi bénéficié, en marge du G20, de l'appui public d'Emmanuel Macron.

En revanche, les États-Unis sont moins allants sur les pays d'Europe de l'Est et peu partisans comme le demande l'Union européenne de fixer un calendrier des prochaines accessions. Aux commandes depuis douze ans, le Mexicain Angel Gurria a beaucoup œuvré pour l'Amérique latine, entre l'entrée du Chili puis l'ouverture avec la Colombie et le Costa Rica. Pour le Brésil, une de ses priorités, les obstacles sont nombreux, notamment les réticences de Washington.

 

 

 

 

 

 

 

 

www.prensa.cancilleria.gob.ar es un sitio web oficial del Gobierno Argentino